• Le marché de l'occasion !

    Ecran de veille telephone portableDe plus en plus de biens de consommation courante vivent une seconde vie, qu'ils soient revendus, loués, empruntés ou tout simplement donnés, observe le Crédoc. Plus économe, le consommateur devient du même coup plus écoresponsable.

    face à la crise qui bride leur pouvoir d'achat, les Français revoient leur façon de consommer. Leurs achats sont plus réfléchis et les comportements plus économes et plus écologiques. C'est ce que le Crédoc met en évidence dans une récente étude menée sur un échantillon d'un millier de personnes. Celle-ci recense toute une série de nouvelles pratiques qui s'inscrivent peu ou prou dans des logiques de développement durable. Vélos, livres et DVD s'échangent de plus en plus sur le marché de l'occasion, comme les voitures. Certains modes de consommation , jusqu'alors très peu usités, se développent : achat à plusieurs d'un même produit, prêt, don, recyclage...

    Ces pratiques sont « liées pour partie à la précarité et à l'inégalité sociale », confirme l'étude. Mais les consommateurs les plus modestes ne sont les seuls à céder à cette tendance. Le Crédoc pointe deux autres catégories : d'une part, les « militants » des classes moyennes diplômées qui tentent de « mettre en pratique leurs aspirations écologiques », d'autre part, « les jeunes urbains moins impliqués que leurs aînés dans l'action collective » et qui cherchent à s'affirmer à travers des codes de consommation durable.

    Le renfort d'Internet

    Un phénomène qualifié de « non négligeable » par le Crédoc et qu'Internet a amplifié. Témoin la vague de sites proposant des reventes d'occasion entre particuliers, d'Amazon au Boncoin, en passant par eBay. Sans compter que les lieux physiques de vente d'occasion ou de troc (brocantes, vide-greniers, etc.) ont également tendance à se multiplier avec la crise. 

    Au hit-parade, des biens « usagés » les plus échangés, l'automobile occupe une place de choix : près d'une sur deux (49 %) est vendue d'occasion, alors que 38 % des acquéreurs préfèrent du neuf. Le profil des détenteurs de vélo diffère sensiblement : plus de la moitié d'entre eux achètent du neuf quand un sur cinq s'équipe en matériel d'occasion. Effet Vélib' ? Six pour cent des usagers louent désormais leurs deux-roues et 21 % l'empruntent. Au rayon des biens culturels, livres et DVD ne sont pas acquis neufs dans un tiers des cas. A l'inverse, « dans 90 % des cas, nous avons acheté neufs les vêtements que nous portons », observent les experts du Crédoc. Cette proportion est sensiblement la même (80 %) s'agissant des téléphones portables. Ce double constat peut surprendre sachant que plus de la moitié des vêtements usagés d'adultes sont donnés et que 43 % des téléphones sont jetés ou stockés.

    Par LAURA FERNANDEZ

      

    Ecran de veille telephone portable

    ACCUEIL.